Catégories
Handicap & Soutien

Restrictions définies pour prendre effet pour les animaux d'assistance dans les avions

Le département américain des transports est en train de finaliser de nouvelles réglementations régissant les animaux d'assistance dans les avions. (Josie Lepe / Bay Area News Group / TNS)

Les régulateurs fédéraux raffermissent une série de nouvelles règles limitant les animaux d'assistance voyageant dans les avions dans le but de s'assurer que les animaux aident vraiment les personnes handicapées.

Le département américain des Transports a déclaré cette semaine qu'il finalisait une règle spécifiant que seuls les chiens dressés pour aider les personnes handicapées seront considérés comme des animaux d'assistance en vertu de la Loi sur l'accès des transporteurs aériens.

Selon la règle, les animaux d'assistance émotionnelle ne seront plus considérés comme des animaux d'assistance pour les vols en avion, mais les animaux d'assistance psychiatrique le seront.

Publicité – Continuez à lire ci-dessous

Les compagnies aériennes pourront exiger des passagers voyageant avec des animaux d'assistance qu'ils remplissent un formulaire du service des transports «attestant la formation et le bon comportement de l'animal et certifiant la bonne santé de l'animal».

Les chiens d'assistance ne peuvent pas être interdits en fonction de la race uniquement, mais les compagnies aériennes peuvent refuser les animaux qui affichent un comportement agressif ou constituent une menace directe pour la santé et la sécurité des autres.

De plus, la nouvelle réglementation autorise les compagnies aériennes à exiger que les animaux d'assistance soient attelés, attachés en laisse ou attachés, qu'ils tiennent dans l'espace pour les pieds du conducteur et les transporteurs peuvent limiter chaque passager handicapé à deux animaux d'assistance. Les personnes voyageant avec des animaux d'assistance doivent être autorisées à s'enregistrer pour leur vol en ligne, plutôt que de devoir s'enregistrer physiquement à l'aéroport.

Les règles, qui ont été proposées pour la première fois au début de cette année, sont intervenues après qu'une augmentation du nombre d'animaux amenés dans les avions ait entraîné des problèmes et, avec seulement de vagues paramètres fédéraux, les compagnies aériennes ont commencé à établir leurs propres normes.

Delta Air Lines, par exemple, a cité des problèmes de miction, de défécation, de morsure et d'autres agressions qui ont incité la société à mettre en œuvre une nouvelle politique en 2018. Le transporteur a déclaré que les clients avaient cherché à apporter des dindes de confort, des opossums de vol à voile connus sous le nom de planeurs à sucre, de serpents, araignées et autres animaux sur ses avions.

Le département des transports a déclaré que les demandes d'amener des animaux inhabituels à bord avaient «érodé la confiance du public envers les animaux d'assistance légitimes» et l'agence a indiqué que le nombre croissant de personnes représentant faussement leurs animaux de compagnie en tant qu'animaux d'assistance ainsi que le comportement inapproprié des animaux de soutien émotionnel ont apporté les changements. nécessaire.

Airlines for America, qui représente les transporteurs américains, s'est félicitée de la réglementation.

«Les règles finales du DOT faciliteront une expérience de voyage fluide et plus sûre pour les personnes handicapées qualifiées qui doivent voyager avec un animal d'assistance, mais elles empêcheront également la fraude et les abus liés aux animaux d'assistance qui sont devenus si répandus qu'ils ont mis en danger la santé et la sécurité. dans la cabine, a imposé un fardeau inacceptable et insoutenable aux compagnies aériennes et a provoqué une stigmatisation négative pour les animaux d'assistance légitimes », a déclaré Nicholas E. Calio, président-directeur général du groupe.

Cependant, Curt Decker, directeur exécutif du National Disability Rights Network, a déclaré qu'il était "extrêmement déçu" par les règlements, ajoutant qu'ils "ne serviront qu'à exacerber les inégalités existantes pour les personnes handicapées participant au transport aérien."

«Cette nouvelle règle portera très certainement atteinte aux droits des personnes handicapées et répondra plutôt presque exclusivement aux intérêts de l'industrie aérienne», a-t-il déclaré.

La proposition du ministère des Transports a suscité plus de 15 000 commentaires. La nouvelle règle entrera en vigueur 30 jours après sa publication dans le Federal Register.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *