Catégories
Handicap & Soutien

Mettre fin tôt au recensement pourrait avoir un impact sur les programmes pour personnes handicapées pendant des années

Un recenseur visite une maison. (Bureau américain du recensement)

Les plans visant à mettre fin au recensement un mois avant la date prévue peuvent signifier que moins de personnes seront dénombrées et que moins de financement sera disponible au cours de la prochaine décennie pour les services aux personnes handicapées, préviennent les défenseurs.

Le Bureau américain du recensement devait collecter les réponses de personnes à travers le pays jusqu'à la fin octobre après avoir ajusté son plan plus tôt cette année en raison de la pandémie de coronavirus. Mais ce mois-ci, l'agence a annoncé qu'elle arrêterait plutôt toutes les activités de collecte le 30 septembre.

Aujourd'hui, les défenseurs des personnes handicapées craignent que le raccourcissement du calendrier n'ait de grandes implications pour les années à venir. C’est parce que le décompte national une fois par décennie détermine la façon dont le financement fédéral est alloué à Medicaid, à l’éducation, aux bons de logement, à l’aide alimentaire et à d’autres programmes. Il décide également de la manière dont chaque partie du pays est représentée au Congrès et les données collectées influencent les décisions des entreprises étatiques, locales et privées.

Publicité – Continuez à lire ci-dessous

«Le Bureau du recensement a clairement indiqué depuis des mois que pour remplir le mandat constitutionnel de compter toutes les« personnes »aux États-Unis, il leur faut plus de temps compte tenu de la crise sanitaire actuelle», a déclaré Curt Decker, directeur exécutif de la Réseau national des droits des personnes handicapées. «Raccourcir les opérations de 2020 entraînera un sous-dénombrement massif de toutes les communautés des États-Unis et créera des impacts dévastateurs pour toutes les communautés du pays au cours des dix prochaines années.»

Vendredi, le Bureau du recensement a indiqué qu'il avait reçu des réponses de plus de 80% des ménages, ce qui signifie qu'une grande partie du pays n'a pas encore été dénombrée.

Peter Berns, PDG de The Arc, a déclaré que son groupe «condamne les projets de dernière minute visant à abréger essentiellement le recensement de 2020, en particulier à un moment où les personnes handicapées et d'autres populations difficiles à dénombrer traversent une crise sans précédent et des difficultés indéfinies. "

«Les personnes ayant une déficience intellectuelle et développementale sont des membres à part entière de la société et nous comptons», a-t-il déclaré.

Les partisans poussent le Congrès à intervenir et à ajuster la date limite pour que le recensement soit terminé compte tenu des défis liés à la conduite du dénombrement pendant une pandémie. Déjà, la Chambre des représentants a adopté une prolongation de sa dernière loi sur le soulagement des coronavirus en mai, mais aucune action n'est venue du Sénat.

«Nous appelons de toute urgence le Congrès à agir immédiatement pour prolonger la date limite légale pour la communication des données du recensement afin qu'il y ait plus de temps pour terminer l'enquête et inclure tout le monde», a déclaré Berns.

En attendant, les défenseurs exhortent les personnes handicapées et leurs familles à s'assurer qu'elles sont dénombrées en complétant le recensement en ligne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *