Catégories
Handicap & Soutien

Lyft règle les réclamations pour discrimination en matière de handicap auprès du ministère de la Justice

Lyft a conclu un accord avec le gouvernement fédéral pour résoudre les allégations de discrimination fondée sur le handicap. (Lyft)

Lyft accepte de changer de comportement après avoir été accusé d'avoir refusé de conduire des personnes handicapées en violation de l'Americans with Disabilities Act.

En vertu d'un accord conclu cette semaine avec le ministère américain de la Justice, le service de covoiturage mettra à jour ses politiques pour garantir que les personnes utilisant des fauteuils roulants pliables et des marchettes ont un accès égal aux manèges.

La société a déclaré qu'elle informerait les nouveaux conducteurs et rappellerait régulièrement aux conducteurs actuels les politiques révisées et créerait une vidéo éducative.

Publicité – Continuez à lire ci-dessous

La résolution est le résultat d'une enquête ouverte après qu'un homme qui utilise un fauteuil roulant a déposé une douzaine de plaintes auprès de Lyft indiquant que des conducteurs de la région de Los Angeles l'ont soit traité brutalement, refusé de le conduire ou ne pouvaient pas le transporter à cause de son fauteuil roulant, selon le bureau du procureur américain pour le district central de Californie.

Lyft a accepté de mettre en œuvre une procédure de plainte conforme à la loi fédérale et de tenir les conducteurs responsables du respect de sa politique en matière de fauteuils roulants «avec des sanctions y compris une éventuelle résiliation». Les coureurs qui font des «plaintes plausibles de discrimination» verront leurs frais remboursés et recevront un crédit de 10 $ en vertu de l'accord avec le ministère de la Justice.

De plus, Lyft paiera entre 4 000 $ et 30 000 $ de dommages-intérêts aux quatre personnes handicapées dont les plaintes ont mené au règlement et la société paiera une amende civile de 40 000 $ au gouvernement.

Lyft publiera également des rapports semestriels au ministère de la Justice au cours des trois prochaines années décrivant ses efforts pour se conformer à l'ADA.

Dans le règlement, Lyft a nié être soumis à l'ADA, discriminatoire envers l'un des plaignants ainsi que tout acte répréhensible.

"Nous sommes heureux que grâce à cet accord, nous continuerons d'améliorer nos politiques et de faciliter la circulation des personnes en fauteuil roulant pliable et autres appareils de mobilité pliables à l'aide de Lyft", a déclaré une porte-parole de la société dans un communiqué. "Lyft est déterminé à maintenir une communauté inclusive et accueillante, et nous sommes fiers que de nombreuses personnes handicapées qui étaient auparavant mal desservies par les options de transport existantes utilisent désormais Lyft comme un moyen fiable, sûr et abordable de se déplacer."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *