Catégories
Handicap & Soutien

Le gouvernement fédéral conclut un «  accord historique '' sur les droits des parents handicapés

Dans un règlement unique en son genre, les départements américains de la justice et de la santé et des services sociaux affirment qu'un État a accepté de changer ses méthodes après avoir discriminé à plusieurs reprises les parents handicapés.

En vertu de l'accord conclu fin novembre, le département du Massachusetts à l'enfance et à la famille «ne basera pas les décisions concernant le retrait d'un enfant sur des stéréotypes ou des généralisations concernant les personnes handicapées, ou sur le handicap, le diagnostic ou les mesures d'intelligence d'un parent (par exemple, les scores de QI). seul."

L'État prendra plutôt des décisions basées sur une évaluation individualisée. Même dans les cas où un enfant est éloigné d'un parent handicapé, le parent devrait être autorisé à participer aux services fournis par l'agence publique «à moins que le parent ne représente une menace directe pour la santé ou la sécurité d'autrui», indique le document.

Publicité – Continuez à lire ci-dessous

Le règlement, que les fonctionnaires fédéraux appellent un «accord historique», est le premier du ministère de la Justice à s'attaquer à la discrimination des personnes handicapées par une agence publique de protection de l'enfance et il pourrait avoir des implications nationales.

«Nous pensons que cet accord aidera non seulement des milliers de familles dans le Massachusetts, mais fournira également une feuille de route pour les agences de protection de l'enfance du pays sur la façon de traiter les parents handicapés avec l'équité, la dignité et le respect qu'ils méritent», a déclaré Eric Dreiband, assistant. procureur général de la Division des droits civils du ministère de la Justice.

Cette décision intervient cinq ans après que les ministères de la Justice et de la Santé et des Services sociaux ont déterminé que le ministère de l'Enfance et de la Famille du Massachusetts avait fait preuve de discrimination à l'égard d'une mère ayant une déficience intellectuelle lorsque son nouveau-né lui avait été retiré et que les autorités ont cherché à mettre fin à ses droits parentaux sur la base d'hypothèses sur ses capacités.

Des responsables fédéraux ont déclaré avoir reçu par la suite de nombreuses plaintes similaires contre l'agence du Massachusetts de la part de parents souffrant de handicaps physiques, auditifs, développementaux et autres. En outre, les familles ont allégué que l'État avait refusé les demandes de modifications raisonnables et n'avait pas fourni un accès égal aux programmes et services. Le ministère de la Justice a déclaré qu'il avait enquêté et justifié de nombreuses allégations.

«Les enjeux ne sont jamais plus élevés que lorsqu'un parent est confronté à la possibilité de perdre un enfant», a déclaré Dreiband. «Bien que les agences de protection de l'enfance soient quotidiennement confrontées à des décisions difficiles et lourdes, elles doivent toujours s'efforcer de s'assurer qu'aucun enfant n'est retiré d'un parent sur la base de stéréotypes non étayés, d'attitudes discriminatoires ou d'autres raisons illégales. Cet accord garantira que les parents handicapés sont traités comme des individus et qu'ils reçoivent le soutien et les services dont ils ont besoin pour avoir une chance égale de conserver ou de reprendre la garde de leurs enfants.

Le ministère de l'Enfance et de la Famille du Massachusetts s'est engagé dans l'accord à apporter des changements aux politiques, nommant des coordonnateurs pour superviser le respect des lois sur les droits des personnes handicapées, la formation du personnel sur les politiques et les procédures et rendre compte aux fonctionnaires fédéraux de son traitement des demandes d'adaptation et des plaintes.

Cependant, l'agence d'État soutient dans le document qu'elle «nie toutes les allégations de discrimination et toutes les allégations selon lesquelles le DCF aurait violé la loi».

Le département de l'enfance et de la famille du Massachusetts a indiqué que le gouverneur actuel avait «intentionnellement reconstruit» l'agence «à travers une série de réformes majeures».

"DCF reste déterminé à améliorer constamment la façon dont il sert les enfants et les familles à travers le Commonwealth, y compris les familles protégées par l'ADA", a déclaré un porte-parole de l'agence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *