Catégories
Handicap & Soutien

Le CESE demande instamment à la Commission de rendre la stratégie relative aux droits des personnes handicapées beaucoup plus ambitieuse

Auteur: Comité économique et social européen (CESE)(je) : Contact: https://www.eesc.europa.eu/en

Publié: 2019-12-18 : (Rév. 2020-03-17)

Synopsis:

Les recommandations du CESE concernant l'agenda de l'UE sur les droits des personnes handicapées demandent à la Commission européenne de les prendre en compte lors de l'élaboration de la stratégie affectant la vie de plus de 100 millions de personnes handicapées en Europe.

Points clés:

  • Le CESE a fortement insisté sur le contrôle de la mise en œuvre de la CRPD et de l'agenda au niveau de l'UE.
  • L'Agenda devrait promouvoir une société où la diversité est une valeur clé et dans laquelle les principes de non-discrimination, d'accessibilité, de participation et d'inclusion sont pleinement respectés.

Résumé principal

Les principales propositions comprennent l'harmonisation complète du nouvel agenda avec la Convention des Nations Unies relative aux droits des personnes handicapées et un contrôle renforcé de son application au niveau de l'UE afin de garantir l'absence de discrimination pour les personnes handicapées et leur acceptation dans le cadre de la diversité humaine et de l'humanité. dans toute l'UE.

Le Comité économique et social européen est un organe consultatif institutionnel créé par le traité de Rome de 1957. Le Comité compte 350 membres de toute l'Europe, nommés par le Conseil de l'Union européenne. Il représente les différentes composantes économiques et sociales de la société civile organisée. Son rôle consultatif permet à ses membres, et donc aux organisations qu'ils représentent, de participer au processus décisionnel de l'UE.

Le Comité économique et social européen a présenté ses recommandations concernant le programme de l'UE en faveur des droits des personnes handicapées pour la prochaine décennie, exhortant la Commission européenne à en tenir compte lors de l'élaboration de la stratégie qui devrait affecter la vie de plus de cent millions de personnes. handicapées vivant en Europe.

L'UE et tous les États membres ayant signé et ratifié la convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées (CRPD), le CESE a invité la Commission à veiller à ce que la CRPD soit traitée dans son intégralité dans le programme 2020-2030 pour les personnes handicapées.

La nouvelle stratégie devrait également contenir des mesures pour mettre pleinement en œuvre les objectifs de développement durable des Nations Unies et les principes du socle européen des droits sociaux, qui faisaient défaut dans la stratégie en faveur des personnes handicapées en vigueur depuis 2010.

Le CESE a présenté les recommandations dans un avis d'initiative.

Son rapporteur, Ioannis Vardakastanis, a déclaré:

"Beaucoup de choses ont changé au cours des dix dernières années, ce qui signifie que le programme pour les droits des personnes handicapées pour la prochaine décennie doit être beaucoup plus ambitieux que la stratégie actuellement en place, en particulier en ce qui concerne le suivi et la mise en œuvre, qui doivent être sensiblement améliorés".

Le CESE a fortement insisté sur le contrôle de la mise en œuvre de la CRPD et de l'agenda au niveau de l'UE. Dans l'avis, il a fortement recommandé que la Commission établisse des "points focaux pour les personnes handicapées" au sein de toutes ses directions générales, agences et institutions de l'UE.

Il était également primordial de disposer d'un point focal pour les personnes handicapées au sein de la direction générale de la justice et des consommateurs afin de soutenir le nouveau commissaire à l'égalité. Un mécanisme interinstitutionnel de coopération entre la Commission européenne, le Parlement européen et le Conseil européen sur le handicap devrait également être mis en place. La création d'un groupe de travail sur le handicap au sein du Conseil européen favoriserait cette coopération.

Des ressources humaines et financières suffisantes devraient être fournies au système de suivi actuel des actions de l'UE relatives à la CRPD. La Commission devrait également examiner comment les institutions de l'UE et les États membres peuvent travailler ensemble pour mieux inclure les personnes handicapées, en révisant la déclaration de compétences existante et en ratifiant le protocole facultatif à la CDPH. Ces mesures permettraient à l'UE d'avoir un mot à dire plus décisif en ce qui concerne la conformité des États membres avec les dispositions de la CDPH.

Le CESE a également appelé à l'intégration du handicap dans toutes les politiques et législations de l'UE affectant la vie des personnes handicapées. L'Agenda devrait promouvoir une société où la diversité est une valeur clé et dans laquelle les principes de non-discrimination, d'accessibilité, de participation et d'inclusion sont pleinement respectés.

Étant donné que plus de la moitié des Européens estiment que la discrimination fondée sur le handicap est répandue dans l'UE, l'adoption d'une directive anti-discrimination devrait être une priorité. Une telle directive devrait définir toute négation de l'accommodement raisonnable des personnes handicapées dans n'importe quel domaine de la vie comme une forme de discrimination, a fait valoir le CESE.

La libre circulation des personnes handicapées devrait être garantie par une directive qui établirait des normes communes d'évaluation du handicap dans l'UE. Les personnes handicapées devraient pouvoir participer pleinement à la vie politique de leur communauté, en supprimant tous les obstacles qui les privent de leur droit de vote ou d'être politiquement actifs.

La Commission devrait créer un comité européen d'accès pour surveiller la mise en œuvre des lois de l'UE prévoyant l'accessibilité, car les espaces publics, les bâtiments ou les transports restent inaccessibles pour de nombreuses personnes handicapées.

Pour lutter contre le taux d'emploi disproportionné des personnes handicapées, la Commission devrait proposer des mesures qui prévoiraient des aménagements raisonnables sur le lieu de travail. Ces mesures stipuleraient ce que les employeurs sont tenus d'offrir et, à leur tour, quel soutien ils devraient obtenir de leur gouvernement pour rendre les lieux de travail adaptés aux employés handicapés.

Pour encourager l'emploi et la formation des personnes handicapées, le CESE propose une garantie des droits des personnes handicapées, similaire à la garantie pour la jeunesse, à convenir entre les États membres et les institutions de l'UE.

Des repères, des indicateurs mesurables et une meilleure collecte de données pourraient également encourager des actions européennes et nationales mieux ciblées sur les droits et l'accès des personnes handicapées.

Le CESE propose également de mieux utiliser le processus du semestre européen en encourageant les États membres à développer leurs propres stratégies nationales en matière de handicap.

"Nous avons encore un long chemin à parcourir pour mettre en œuvre la Convention relative aux droits des personnes handicapées. C'est l'obligation de l'UE de le faire, par devoir envers plus de cent millions de personnes handicapées en Europe", a conclu M. Vardakastanis.

La stratégie actuelle en faveur des personnes handicapées, adoptée en 2010, visait à promouvoir une Europe sans entraves et l'égalité des personnes handicapées. Malgré de nombreuses améliorations et réalisations, telles que des règles fixant des exigences d'accessibilité pour les produits et services et sur les droits des passagers à mobilité réduite, la situation reste difficile pour de nombreuses personnes vivant avec un handicap dans l'UE.

Les chiffres disponibles indiquent qu'ils sont toujours confrontés à de grandes inégalités. L'écart entre les taux d'emploi des non-handicapés et des handicapés est énorme, totalisant 24 points de pourcentage, et il augmente avec des niveaux de déficience plus graves. Le taux d'abandon scolaire précoce pour les personnes handicapées est le double de celui de la population générale, et ces personnes sont beaucoup plus susceptibles de vivre dans des ménages pauvres.

La situation est encore pire pour les femmes et les groupes marginalisés qui subissent souvent une discrimination double ou multiple.

(je)Source / Référence: Comité économique et social européen (CESE). Disabled World ne fait aucune garantie ou représentation à cet égard. Le contenu peut avoir été modifié pour le style, la clarté ou la longueur.

Documents connexes


Important:

Disabled World utilise des cookies pour vous fournir et améliorer nos services et personnaliser certains contenus et publicités. En continuant, vous acceptez la politique en matière de cookies, la politique de confidentialité et les conditions d'utilisation de Disabled World.

Disabled World est strictement un site d'actualités et d'informations fourni à des fins d'information générale uniquement et ne constitue pas un avis médical. Les documents présentés ne sont en aucun cas destinés à remplacer les soins médicaux professionnels prodigués par un praticien qualifié et ne doivent pas être interprétés comme tels. Toute offre ou publicité de tiers sur disabled-world.com ne constitue pas une approbation par Disabled World.

Veuillez nous signaler des informations obsolètes ou inexactes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *