Catégories
Handicap & Soutien

Ce que j'ai appris en travaillant sur le terrain avec une perte auditive

Quand j’ai commencé l’université, je n’imaginais pas que je finirais dans les champs de maïs pour faire du travail sur le terrain.

Cependant, au collège, j'ai découvert la création de cartes numériques, me conduisant à l'extérieur dans la chaleur chaude. En cours de route, j'ai appris des conseils sur la meilleure façon de travailler sur le terrain avec une perte auditive.

Mes aspirations professionnelles ont changé fréquemment tout au long de ma vie. Jusqu'à présent, j'ai voulu être une pop star, un vétérinaire, un dresseur de dauphins, un physiothérapeute, un pharmacien, un chimiste et un technicien des systèmes d'information mondiaux (SIG). Je suis allé au collège à l'Université du Wisconsin-Madison dans le but d'entrer à l'école de pharmacie ma première année. Cela a évolué en voulant devenir chimiste. Même si j'ai bien réussi mes cours de chimie, ils m'ont stressé sans fin. Au cours de ma dernière année d'école, j'ai découvert l'art de la cartographie numérique. C'était juste le bon mélange de science et de technologie qui ne m'a pas fait perdre la tête en essayant de l'apprendre. Avec la perspective de postuler pour des emplois à l'horizon, je me suis mis à acquérir une certaine expérience avec le SIG en dehors de la salle de classe. J'avais absolument besoin de cette expérience car je n'avais suivi que quelques cours liés aux SIG.

Trouver mon intérêt pour l'agronomie

En dernière année de collège, je me suis retrouvé postulant comme assistant de recherche au département d'agronomie. Je suis sûr que je devais chercher ce qu’était l’agronomie. Il s'avère que c'est «la science de la gestion des sols et de la production végétale». J'ai grandi en ville et bien que j'aimais jouer dehors, je n'avais jamais travaillé dans une ferme auparavant. La seule expérience que j'avais eue dans des champs de maïs était de faire des labyrinthes de maïs pendant Halloween. Quand j'ai obtenu le poste, je me suis retrouvé plus souvent dans les champs de maïs, mais cette fois sans aucun labyrinthe amusant.

Lire la suite: Mon expérience au collège avec une perte auditive

Conseils pour travailler sur le terrain avec une perte auditive

Travailler sur le terrain était difficile. Nous avons prélevé nos échantillons en été, il faisait donc souvent chaud et humide. Les feuilles de maïs étaient rugueuses, donc je portais habituellement une veste pour protéger mes bras. La chaleur était un défi, mais le plus grand défi était d'entendre mon patron lorsque nous travaillions sur le terrain. La plupart du temps, je ne pouvais pas le voir à travers les hautes tiges de maïs. En conséquence, il était difficile d'entendre d'où venait le son de sa voix. Je préfère également voir le visage de la personne lorsqu'elle parle, car cela me facilite la communication. C'était difficile à faire dans les rangées congestionnées de tiges de maïs. C'était bien si nous travaillions de manière indépendante. Lorsque notre échantillonnage a nécessité deux personnes, c'était difficile.

"La chaleur était un défi, mais le plus grand défi était d'entendre mon patron lorsque nous travaillions sur le terrain."

Un jour, nous collections des mesures de la hauteur des tiges de maïs. Étant donné que mon patron était plus grand que moi, il avait pour tâche de lever le mètre et de crier les hauteurs des tiges de maïs. J'ai marché derrière lui et enregistré les mesures sur un presse-papiers. Plusieurs fois, j'ai dû lui demander de répéter les chiffres. La combinaison du vent et de la distance entre nous a rendu l'audition difficile. Je me sentais mal de demander autant de fois, mais je voulais aussi que nos mesures soient précises!

Après avoir enduré ces défis et avoir vécu ces expériences, j'ai des conseils pour quiconque cherche à terminer son travail sur le terrain avec une perte auditive.

1) Dites aux autres que vous avez une perte auditive

Je pense que le conseil le plus important est de communiquer avec la personne avec qui vous travaillez et que vous avez une perte auditive afin qu'ils aient besoin de parler plus fort sur les plantes ou d'essayer de se rapprocher lorsqu'ils ont besoin de vous dire quelque chose. Les téléphones portables ou les talkies-walkies pourraient également être très utiles si vous êtes loin l'un de l'autre dans les champs.

2) Apportez des piles supplémentaires

Vous devez également vous assurer d'avoir toujours des piles supplémentaires pour vos aides auditives afin d'éviter de ne pas pouvoir entendre du tout pendant que vous êtes coincé sur le terrain. Dans mon cas, je ne connaissais pas les champs de maïs, donc ils m'ont été faciles à perdre. Si mes piles s'éteignaient soudainement, ce serait une recette pour un désastre.

3) Protégez vos oreilles

Si vous êtes à proximité de machinerie lourde, il est important de protéger vos oreilles, même si vous souffrez déjà d'une perte auditive.

J'ai trouvé que cela se produisait le plus lorsque nous ne mesurions pas la hauteur des tiges de maïs, mais lorsque nous étions au laboratoire. Au laboratoire, nous séchaissions les tiges de maïs coupées dans un four pendant des jours. Une fois cela terminé, j'ai passé des semaines à broyer tous nos échantillons de maïs. Nous avions une pièce spéciale pour les broyeurs avec un filtre à air massif afin que l'air ne soit pas englouti dans la poussière des plantes. Tout dans cette pièce était bruyant et poussiéreux, donc nous devions toujours porter des casques antibruit et des masques faciaux pour y travailler.

Si quelqu'un a besoin de vous parler pendant que votre protection auditive est en place et que vos aides auditives sont sorties, je vous recommande fortement de leur faire savoir que vous ne pouvez pas les entendre. Ensuite, prenez une minute pour mettre vos aides auditives et peut-être même sortir de la pièce pour discuter. De cette façon, vous minimisez les problèmes de communication.

Lire la suite: Protection auditive

Maintenant, mes jours de travail avec l'agriculture sont loin derrière moi, je travaille actuellement comme chimiste dans un laboratoire pharmaceutique sans machinerie lourde ni effort pour entendre ce que mon patron me dit sur le terrain, ce que j'aime! En fin de compte, je veux toujours devenir une pop star, mais nous n'aurons qu'à voir à ce sujet.

Salut! Je m'appelle Ashley. J'ai 24 ans et je suis né avec une perte auditive neurosensorielle. Je porte des aides auditives depuis l'âge de 3 ans. En grandissant, j'ai eu du mal à accepter mon handicap et à me sentir bien dans ma peau parce que j'avais l'impression d'être le seul jeune avec une perte auditive. J'aurais aimé pouvoir me connecter avec des personnes qui ont la même perte auditive que moi, afin que nous puissions nous sentir moins seuls.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *