Catégories
Handicap & Soutien

30 ans après la loi sur les Américains handicapés, un regard en arrière et en avant

Le président George H.W. Bush signe l'Americans with Disabilities Act lors d'une cérémonie sur la pelouse sud de la Maison Blanche le 26 juillet 1990 (TNS)

DES MOINES, Iowa – Le président George H.W. Bush était à bord, et l'ancien sénateur américain Tom Harkin de l'Iowa et ses collègues ont veillé à ce qu'il soit adopté par le Sénat américain. Mais au début de mars 1990, la loi sur les Américains handicapés, un projet de loi sur les droits civiques des personnes handicapées, a été bloquée à la Chambre des représentants.

«Il est resté coincé dans de nombreux comités différents», se souvient Harkin. «Nous craignions tous de ne pas avoir la facture.»

Ce n'est que lorsque des membres d'ADAPT, une organisation militante pour les personnes handicapées, se sont présentés au Capitole américain et ont organisé une manifestation pour les caméras de télévision – se retirant volontairement de leur fauteuil roulant et gravissant les marches du Capitole comme ils le pouvaient – que l'attention s'est concentrée. sur la cause.

Publicité – Continuez à lire ci-dessous

«Pour moi, cela reste un moment emblématique», a déclaré Harkin. «Lorsque les nouvelles du soir ont porté cela et qu'elles sont devenues mondiales, je pense que cela a simplement fourni l'étincelle – cette dernière petite chose dont nous avions besoin pour convaincre les gens à la Chambre et d'autres que nous devions faire adopter ce projet de loi.

La manifestation a fonctionné et la loi sur les Américains handicapés a été promulguée le 26 juillet 1990.

Mais alors même qu'il célèbre la loi qu'il a introduite il y a 30 ans – destinée à donner à 1 Américain handicapé sur 5 la possibilité de participer pleinement à la société – Harkin déplore les objectifs qui n'ont pas tous été atteints, invoquant le chômage, une technologie qui n'a pas réussi à servir les personnes handicapées et les logements inaccessibles.

«La jeune génération – la génération ADA – ne se satisfait pas de ce que vous avez. Nous avons du chemin à parcourir », a déclaré Harkin.

Harkin et d'autres anciens législateurs se sont réunis lors d'un appel Zoom dans le cadre d'une semaine d'événements entourant l'anniversaire de l'ADA par RespectAbility, un organisme national de défense des personnes handicapées.

Tucker Cassidy, un militant des droits des personnes handicapées qui vit à Waterloo, a déclaré que le fait que les sessions se déroulaient virtuellement en raison de la pandémie de coronavirus était une aubaine pour la communauté des personnes handicapées.

«Tout le monde sait ce qu'est une conférence Zoom maintenant», a déclaré Cassidy. «Si nous pouvons les rendre plus accessibles, nous nous présenterons. C'est juste que, si la porte est verrouillée, comment les gens vont-ils entrer? »

La même chose est vraie avec la télésanté et commence à se produire avec l'éducation, a-t-il noté.

Mais de nombreuses autres facettes de sa vie sont encore barricadées: il aura fallu 12 ans à Cassidy pour trouver un appartement accessible via le ministère du Logement et de l'Urbanisme, par exemple. Maintenant qu'il est propriétaire de sa propre maison, il a essayé d'acheter en personne des meubles dans un magasin de meubles de Waterloo et ne pouvait pas faire passer sa chaise par la porte.

Le propriétaire s'est excusé, a noté Cassidy, mais a également déclaré que le bâtiment avait été rénové au cours de la dernière année. Mais parce que c'était «historique», les propriétaires de bâtiments pouvaient ignorer les dispositions d'accessibilité de l'ADA.

«Ils n’ont même pas pensé à ce fait. Ils n’ont pas saisi l’occasion pour en faire un bâtiment accessible », a-t-il déclaré. «Cela m'a époustouflé: nous voici 30 ans plus tard, et nous devons encore rencontrer des trucs comme ça. Bref, nous avons un long chemin à parcourir. »

© 2020 Le Courrier
Distribué par Tribune Content Agency, LLC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *